Culture et développement : Lancement du projet "Action de sauvegarde du patrimoine culturel Soninké" | Actualités Developement

Culture et développement : Lancement du projet "Action de sauvegarde du patrimoine culturel Soninké"

dim, 17/04/2016 - 13:39

En collaboration avec l’Association Mauritanienne pour la promotion de la langue et de la culture Soninké (AMPLCS), l’Initiative pour le Développement a procédé samedi 16 avril 2016, à l’hôtel Wissal au lancement de son projet dénommé "Action de sauvegarde du patrimoine  culturel Soninké" ASPACS, financé par le programme de l’union européenne pour la société civile et la culture (PESCC).

L’allocution d’ouverture officielle a été prononcée par Kane Mamadou Hadya Directeur des Musées au Ministère de la Culture.

M. Kane a au nom du ministre de la culture et de l’artisanat, remercié l’union européenne, de l’’interet qu’elle porte à la culture et au patrimoine de la Mauritanie.

Le PESCC, un appui financier au service de la culture Mauritanienne

Le représentant du PESCC, Mr Patrick RYCKAYERT a souligné que «Ce projet a été financé dans le cadre de l’appel à proposition N° 6 lancé par le PESCC, en juillet dernier, appel qui vise le renforcement des acteurs culturels comme acteurs de développement et comme membres importants de la société civile mauritanienne».

Mr Patrick RYCKAYERT, qui assure la coordination du PESCC, a indiqué que Huit Associations culturelles ont bénéficié, fin février 2016, de subventions du PESCC pour réaliser leurs projets pour un montant de Cent Millions d’ouguiyas accompagné de l’appui technique constant des experts de son institution.

Parlant du lancement d’ASPACS, Mr Patrick a indiqué que «ce projet contribuera sans doute, à la sauvegarde et la valorisation du patrimoine culturel mauritanien à travers un renforcement des capacités de l’association «Initiative pour le Développement».

Par ailleurs, le coordinateur du PESCC a présenté la mission de son programme, qui est régi par la convention de financement FED/2010/22588, signé le 26 septembre 2012, par la Mauritanie et l’UE, pour un financement global, sur une durée de 4ans, avec une enveloppe de 7millions d’Euro, et qui se terminera en fin d’année 2016.

Ainsi donc le PCSS vise à contribuer au renforcement des capacités des OSC y inclus les acteurs culturels et les associations artisanales pour que celles-ci puissent les rôles qui leurs sont reconnus par l’accord de Coton signé entre Etats ACP et l’UE. A savoir participer à la définition, la mise en œuvre et au suivi des politiques publiques.

 

L’AMPLCS, une association culturelle au service du développement.

Quand à l’Association Mauritanienne pour la promotion de la langue et de la culture Soninké (AMPLCS), l’honneur été donné à son Président Cheikh Sidiya Tandia, qui après avoir remercié l’union européenne de ce financement à salué l’initiative pour le développement (ID), qui a eu l’idée d’organiser ce forum, dont le but est de valorisé la culture et le patrimoine soninké.

«l’AMPLCS entre dans cette organisation par l’assistance à ID, du projet dont elle vient de bénéficier. Aujourd’hui, nous allons avec ID, organiser ce festival pour mieux faire connaitre d’avantage cette culture soninké» a souligné Cheikh Sidiya Tandia.

L’Association Mauritanienne pour la promotion de la langue et de la culture Soninké (AMPLCS) a été reconnu par arrêté N° 9 du 3 mars 1978. Elle est née de la volonté d’une association d’entre aide au développement, qui avec le temps c’est muée en association culturelle.

«Parce qu’il est apparu que le culturel pouvait être un moyen de développement, un moyen de pacification. C’est dans ce cadre l’association mauritanienne a réorienté ses actions beaucoup plus vers le culturel pour la promotion de la langue Soninké» a justifié le président de cette structure.

Par ailleurs, il faut noter qu’AMPLCS a organisé beaucoup de manifestations culturelles et a participé au festival à Alger, permettant à la Mauritanie de remporter la médaille d’or.

A propos de la culture soninké, Cheikh Sidiya Tandia a souligné que «c’est une culture, qui a longtemps contribué au rapprochement des différents population de la Mauritanie. Je veux faire référence simplement à l’ancien empire du Ghâna, qui a rayonné au delà même des frontières mauritaniennes».

Le Gango, un appel à l’unité et à la cohésion

Présentant le projet "Action de sauvegarde du patrimoine  culturel Soninké", Abdou Salam Tandian d’Initiatives pour le Développement dont il  assure la coordination a souligné que « l’ASPACS vise le renforcement des capacités des organisations de la société civile pour la promotion du développement durable et de la bonne gouvernance aux niveaux local et national ».

Il s’agit d’un projet qui dure quatre mois, et qui cible l’ensemble des artistes et acteurs culturels de la Mauritanie. Le coût global du projet est estimé à 11 391 000 Ouguiyas, avec une participation de 2 285 000 UM de la part de l’ID, promoteur du projet. C’est dans ce sens que le programme de l’union européenne pour la société civile et la culture (PESCC) contribue avec un montant de 7 106 000 Ouguiyas. Il faut noter que le reste du budget qui est estimé à 2000 000 UM doit provenir des sponsors associés au projet.

Le slogan choisi pour ce projet culturel est le «GANGO», qui symbolise l’appel à l’unité à la cohésion, à la paix et au développement, qui se trouve articulé au «BUUTU», flute mythique chez les soninkés et moyen de communication entre les jeunes pour se divertir ou se concerter et prendre des décisions importantes pour eux-mêmes et leur communauté.

Mentionnant les activités prévues par le projet, le coordinateur Abdou Salam Tandian a déclaré qu’un festival populaire sera organisé avec des grands moments comme les expositions des œuvres d’arts et d’artisanats soninkés, des conférences sur le patrimoine culturel soninkés, des soirées artistiques, etc.

Soulignons que des activités sont également programmées par le projet à Kaedi, et Selibaby et qu’elle couvrira différents aspects de la culture et mémoire soninké.

Compte rendu d’Oumar Amadou M’baye,

Pour Essirage