Le Japon apporte une aide de 6 millions de Dollars US au profit des communautés locales et des refugiés Maliens au sud-est de la Mauritanie. | Actualités Developement

Le Japon apporte une aide de 6 millions de Dollars US au profit des communautés locales et des refugiés Maliens au sud-est de la Mauritanie.

mar, 23/05/2017 - 19:31

C’est au cour d’une conférence de presse, tenue mardi  23 mai 2017, à l’hôtel Tfeila que son Excellence Hisatsugu SHIMIZU a annoncé que « le gouvernement japonais a décidé d’octroyer, au profit de la Mauritanie, des financements d’environs Six (6) millions de dollars américains, soit environs deux virgule un (2,1) milliard d’ouguiyas au projet réalisés par l’IOM, le HCR et le PAM ».  L’Ambassadeur du Japon en Mauritanie a rappelé  la situation de la région du sahel, qui fait face à des nombreux défis tels que la question des refugiés et le terrorisme, qui constituant des menaces grave sur la sécurité et la vie quotidienne des innocents.

« C’est dans ce contexte le japon soutient en partenariat avec des organisations des Nations unis, les actions du Gouvernement Mauritanien dans plusieurs domaines notamment les activités visant à renforcer  la capacité de autorités mauritaniennes dans la gestion de ses zones frontalières, le contrôle du trafic illicite, la lutte contre le terrorisme et le radicalisme, à fournir une assistance humanitaire aux populations Mauritaniennes vulnérables et à protéger les refugiés » a  souligné son Excellence.

D’autres part,  l’Ambassadeur du japon en Mauritanie, qui a déjà visité le camp de Mbéra  à Bassikounou, situé dans la wilaya de Hodh El Chargi a indiqué que cinq ans après la création de ce  camp, la situation au mali demeure toujours précaire et  le nombre de refugié ne cesse d’augmenter alors que  l’appui des donateurs a fortement  diminué.

Prenant la parole a son tour, Mr Jean –Noël Gentile, Directeur de pays et représentant le Programme alimentaire mondial (PAM) a remercié le gouvernement du japon pour sa généreuse contribution en faveur  des populations maliennes refugiées et de populations hôtes vulnerables dans la région du hodh El chargui.  Il a souligné que dans un contexte de réduction des ressources, le japon a toujours montré sa générosité depuis l’arrivée des refugiés maliens en 2012 »

« Sans l’assistance alimentaire, nous n’aurions pas pu tous ensemble diminuer l’insécurité alimentaire de 20%  à 10% dans le camp de Mbera depuis 2012 et la malnutrition des enfants de moins de 5ans de 20% à 8% » a-t-il  ajouté.

Dans le même sens, Mr Jean –Noël Gentile a affirmé que le manque de financement a souvent contraint son agence  à réduire les rations alimentaires, avec pour conséquence quasi immédiate un impact direct sur l’augmentation des niveaux d’insécurité alimentaires et de malnutrition où la population hôte autour du camp n’y échappe pas.

Evoquant l’enveloppement du financement du japon, qui s’élève à 932000 USD, soit environ 1 milliard d’ouguiyas, Mr Jean –Noël Gentile a indiqué que « 57% (1,5 millions USD) de ce budget visera les refugiés maliens dans le camp de Mbera, pour couvrir la composante vivre de la ration gratuite composée de vivres et de cash, environ 50 000 réfugiés en bénéficieront de juillet à septembre.  Environ 5640 enfants de moins de 5 ans et femmes enceintes et allaitantes bénéficieront d’activités de  prévention et de traitement de la malnutrition aigüe modérée entre mai et octobre ». Il a également complété que « 43% (soit 1,4 millions d’ouguiyas) de ce budget visera les populations hôtes, ciblant au total 20500 personnes dans 134 villages. », reparti comme suit : « 20500 personnes bénéficieront d’assistance alimentaire gratuite pendant la période de soudure de juillet à septembre et 10300 personnes seront impliquées dans des activités alimentaires pour la création d’actifs communautaires de mai à juin pour réhabiliter les ressources naturelles, renforcer la résilience aux chocs et développement les moyens d’existence.  De même que 5000 enfants de moins de 5 ans ou femmes enceintes et allaitantes bénéficieront d’activité de prévention ou traitement de la malnutrition aigüe modérée ».

Evoquant le partenariat dans ce sens, le responsable de PAM  a affirmé que son organisation travaillera avec le HCR, le CSA et les ONGS au secours, ADICOR et plus largement avec tous partenaires présents dans la zone ainsi que les services techniques et autorité locale, afin de mettre en œuvre ces opérations.

Cette conférence de presse à permis aussi à Mr Mohamed Alwash représentant du Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) en Mauritanie d’affirmer que « le financement japonais contribuera à la protection des refugiés, à la gestion du camp et à la prestation des services essentiels tels que les distributions générales, les services de santé et d’éducation pour éviter la perte d’une génération au camp de Mbéra ».

Mr Mohamed Alwash a ajouté que « alors que l’UNHCR  et ses partenaires continuent de renforcer l’autonomie des refugiés, afin de réduire leur indépendance à l’aide humanitaire, les contributions des donateurs demeurent essentielles pour maintenir les progrès réalisés, jusqu’à présent, dans le domaine de la protection.

Parlant au nom de  l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) , la Chef de Mission Anke Strauss, a souligné que « la nouvelle contribution du japon va appuyer le renforcement de la capacité collective à prévenir l’impact négatif de la migration irrégulière, à protéger la paix et la sécurité à travers le renforcement contenu des capacités de la police et à garantir plus d’engagement des populations locales, en particulier la collaboration entre jeunes Mauritaniens à Bassikonou et la jeunesse malienne du camp de Mbera ».

Par ailleurs Madame Anke Strauss a salué le partenariat constructif continu entre le gouvernement Mauritanien, l’OIM et le Gouvernement du Japon. « Nos actions futures vont étendre ce partenariat pour assurer la sécurité de tous » a déclaré Strauss  dans son intervention.

Parlant en dernière position, Mr Mohamed Ahmed Aïda, Secrétaire Général au ministère de l’économie et des finances, a souligné la satisfaction du gouvernement Mauritanien, pour ce financement obtenu de la part du gouvernement japonais, qui sans nul doute va impacter sur les populations de la wilaya de Hodh El Chargi, aussi bien les communautés locales que les refugiés à Mbéra. Il a conclut que la Mauritanie travaillera pour renforcer ce partenariat avec l’ensemble des organisations internationales, qui œuvrent pour le développement humanitaire et le paix.

Oumar Amadou M’baye