HOMMAGE A IMAM ABDOUL AZIZ SY | Actualités Developement

HOMMAGE A IMAM ABDOUL AZIZ SY

jeu, 03/05/2018 - 21:46

Ils étaient très nombreux ce mercredi 2 mai 2012 (10 Joumad II année 1433) à s’aligner derrière l’Imam Abdoul Aziz SY, dans la mosquée  dite «Jamia Tawba» plus connue par mosquée de Tabligh. Mais cette fois-ci pour prier sur lui et l’accompagner vers sa nouvelle demeure.

L’information avait fait le tour de la terre, les quatre coins de la Mauritanie avait déjà reçu la nouvelle du décès de l’homme de Dieu. Celui qui s’était spécialisé dans le prêche et les sciences de l'Islam, devenant ainsi une grande figure parmi nos Oulémas et prédicateurs venait de nous quittons pour un monde meilleur.

Il était celui qui se souciait beaucoup de la vie pacifique entre les différentes composantes de notre peuple, en vu de consolider l’unité nationale. Il sera rendu célèbre par sa belle voix, orientant, dans les différentes langues nationales, notamment l'arabe qu'il maitrisait et prononçait avec telle clarté.

Beaucoup avait appris grâce à ses conférences et prédications faites dans plusieurs mosquées de la capitale et ailleurs mais aussi pour les programmes islamiques qu’il présentait à la radio et à la télévision mauritanienne, et notamment son émission "hadith al iftar" (le hadith de la rupture)

 

Sa biographie et son parcours

Né en 1943 à Tékane, dans la Wilaya du Trarza, l’imam Abdel Aziz Sy est issu d’une grande famille Peule maraboutique. Sa mère s’appelle Khadijetou SY. Il a été élevé par son père, El hadji Boubacar Sy, qui fut le Cadi de la ville de Rosso. C’est avec lui qu’il fut sa première initiation coranique avant de rencontrer d’autres savants.

Il était trop animé par l’esprit et la soif de la recherche du savoir, c’est pourquoi il supporta beaucoup la fatigue du voyage pour rencontrer d’autres connaisseurs dans le  Fouta Torro et partout où besoin se faisait sentir.

Il vécut avec le Cheikh Ahmed SY du village de DEMET durant 5ans, qui lui enseigna l’interprétation du coran et d’autres sciences de la langue arabe. Cette période de formation est située entre 1953 et 1958.

Ensuite il rejoindra la Mahdra de Thierno Mamadou El Hadj sow, un des plus célèbres Khadi (juge) de Boghé. Il vécut avec ce dernier pendant 5ans, ou il approfondit son savoir en hadith et Vigh islamique. Durant ce séjour, l’imam Abdel Aziz Sy sera marqué par le comportement de cet homme, sa disponibilité, sa générosité et surtout sa dimension spirituelle. Le Khadi de Boghé était réputé par sa méthode de juger. C’était aussi un grand réconciliateur dans les différents qui opposaient souvent les villages où les personnes entre elle. Ce qui l’amenait souvent à passer des jours dans des familles, pour amener ces dernier à se tendre la main et à prioriser le sourire du pardon.

C’est avec Thierno Amadou El Hadj Sow, qu’il reçut sa licence en science et récitation coranique dans les différentes versions de Warch et Qualoun.

L’Imam Abdoul Aziz SY continuera son parcours de recherche de connaissance, vers Kaédi, où il sera le disciple de Thierno Amadou Abdallahi Ba, surnommé « Ama neene ». Il approfondira ses connaissances en charia  et en langue arabe dans cette  Mahadra, considéré parmi les plus prestigieuses universités du Fouta Torro, qui a fait sortir des centaines d’imam, savants et prédicateurs. Il recevra une attestation en Vigh Maliki.

Le cheikh a également fréquenté d’autres Mahadra comme celle de Kasga au Sénégal et celle de Wad Amour chez le cheikh Ahmed Mahmoud dit Mahfoudh Ibn Ahmed Vall Ibn sidi mohmaed Ibn Cheikh Ibn Abeid  « E TAGADY »

Après avoir fini son parcours chez les savants du Fouta, où il a mémorisé le coran, la langue arabe et la connaissance islamique, il retourna dans son village natal à Tekane. Il se livra à d’autres activités entre 1980 et 1984, comme le commerce et l’agriculture.

C’est en 1980, qu’il fera son entrée à l'Institut des Sciences et Etudes Religieuses Islamiques (ISERI) de Nouakchott. Ce cycle universitaire lui permettra en 1884, de sortir par la grande porte, major de sa promotion avec un diplôme en "Fiqh" et "Oussoul".

 

Le juge intègre.

Après ses études universitaires, l’Imam Abdel Aziz rentrera dans la vie professionnelle. Il rejoindra le corps des magistrats où il occupera en 1984 et 1985, les fonctions de magistrat-conseiller au tribunal de Rosso, puis substitut de Procureur Général près la Cour Suprême de Nouakchott.

Beaucoup de personnes ont témoigné de son intégrité pendant cette période. Certains le comparaient même à son maitre spirituel le kadi de Boghé. Sa connaissance des textes et sa dimension spirituelle feront de lui un magistrat juste et honnête.

En 1984, il sera nommé imam et prédicateur de la mosquée Marocaine dénommé mosquée de « El Houssein ». Il ouvrira une Mahdra dénommée « Mahadra Boubacar Siddigh»  en annexe à la mosquée, où il enseignera les connaissances et sciences islamiques ainsi que l’interprétation du coran et de la langue arabe.

C’était une personnalité très forte pour les institutions de la Daawa du Pays. Imam voyageait partout pour transmettre et enseigner les dogmes de l’islam. En plus de sa fonction d’imam et de magistrat, il avait occupé d’autres fonctions dans le gouvernement par exemple :

  • Membre dans la commission chargée de proposer l’application de la charia dans le pays ;
  • Membre du haut conseil islamique ;
  • Membre de la Commission pour la transparence dans la gestion des biens publics et de lutte contre la gabegie
  • Membre ancien du bureau exécutif de l’association culturel islamique ;
  • Ancien membre du conseil d’administration de la direction des Awqhaf ;
  • Membre de la commission chargée des concours de récitation coranique  pour la désignation des représentants du pays au concours international ;
  • Vice président de la commission chargée d’observer la lune ;
  • Vice président de la commission Technique chargée de régler les conflits des responsables des mosquées, etc.

 

Il participa à beaucoup de conférences, congrès et colloques national, sous régional et international. Dont :

  • Le Congrès du dialogue inter religieux sur la paix en 1986 ;
  • La 1er Rencontre internationale sur les prêches du vendredi organisé, en Arabie saoudite ;
  • La Rencontre internationale sur le soufisme organisé à Trablousse  en 1994 ;
  • La Rencontre internationale des savants  de l’Afrique de l’ouest organisé au Sénégal en 2010.

 

L’Homme et le Coran

Le cheikh a laissé beaucoup de traces qui expliquent et justifie l’importance et le message qu’il avait choisi dans cette vie ci bas : la lecture coranique et l’appel (Daawa) sur le chantier d’Allah.

C’est ainsi qu’il passait tous son temps à servir l’islam, en enseignant le coran et la sounna et en propageant le Towhid (Unicité de dieu) partout  ou il trouvait l’occasion. Il était toujours occupé les matinées à enseigner les talibés, et à répondre aux fortes demandes des personnes visiteurs qu’ils accueillaient dans une chambre modeste, qui servait de bureau.

L’Imam Abdoul Aziz SY a contribué à la création des mahadras. On pourra citer la mahadra « Aboubecrine Sidigh » : Elle fut créée en 1985, et son siège était annexé à la mosquée.

Il lui accorda tous son temps, et y dépensa ses biens pour l’éducation des enfants et personnes internes, venus de divers horizon.

Cette Mahadra sera transféré en 2009, à Dar Beda (Elmina) ; pour des raisons des travaux de réfection du bâtiment liée à la mosquée.

Plus de 200 enfants étudient dans cette mahadras dont des filles et garçons. La mahadra a fais sortir beaucoup de recitateurs, des responsables de mahadra, des imams et prédicateurs issus des différents ethnies, en plus des étrangers qu’il soit de l’Afrique de l’ouest ou d’ailleurs.

Bref, la mahadra « Aboubecrine Sidigh » a formé plusieurs cadres nationaux et étrangers venant de la sous région, de l’Europe et de l’Amérique. On pourra citer  Par exemples :

  • Abdoul Karim ly, cheikh mahadra a would yangé wilaya gorgol
  • Cheikh nazirou sy, a diaw Mauritanie
  • Cheikh Oumar Sy Baidy , imam mosquée et cheikh mahadra.
  • Abderrahmane aly dia imam et prêcheur mosquée sounna socogim k
  • Oumar Abdoul Khadr Dialo, cheikh mahadra en guinée konakry
  • Oumar Mahmoud Ba, cheikh mahadra à Achouwayva kiffa
  • Salem Ould Sidi Ahmed imam et cheikh mahadra jamia Abdoulahi Ben messoud ;
  • Oumar dialo cheikh mahadra a riyad
  • Moussa ould waouloud imam mosquée à El mina
  • Cheikh bekaye imam à elmina
  • Ibrahim oumar sy, imam a gourel boukar sy
  • Abdoul aziz ibrahim  sy cheikh mahadra à sebkha
  • Ahmed tijan deh cheikh mahadra et imam jamia à kiffa
  • Ibrahim ba cheikh mahadra cote ivoire
  • Abdallahi sow cheikh mahadra  mali
  • medoun Jaagn Cheikh mahadra ebi doujaana à riyad

 

L’imam a formé beaucoup de savants, des imams et même des magistrats.

Le cheikh Abdel aziz a ouvert aussi une mahadra à coté du carrefour, ou le nombre de talibé est estimé à 20, puis 2 mahadras à Tekane dans le village boukar sy.

Il a laissé des milliers  de textes de prêches sur divers thèmes liés à la religion et aux vécus quotidiens des populations en plus des émissions d’enregistrements radiotélévisés sur lui sur le prêche et l’orientation. Comme le programme « le cadeau du coran », qu’il a avait l’habitude de présenter à travers la radio du coran et les cours d’orientation en langue poular à travers la radio nationale.

l’Imam Abdoul Aziz SY était aussi l’origine de l’ouverture de beaucoup de mahadra à Nouakchott et à l’intérieur du pays,  où il prenait en charge par ses propres moyens et grâce à l’aide des bienfaiteurs, les cheikh des mahadra et leurs enseignants.

 

L’Homme et la prêche

Il rejoint très top le rang du mouvement islamique en Mauritanie ou il faisait parti des figure emblème de l’Association Culturelle et Islamique. C’est là qu’il subit sa plus grande formation à coté des savants et érudits comme Sidi Yahya, et d’autres.

Après, l’épreuve que subit le mouvement islamique, le cheikh Abdoul Aziz sy optera pour le chemin du mouvement TaawaTebligh. Cela l’amènera à beaucoup voyagea en Mauritanie et ailleurs, pour enseigner et prêcher  la religion d’Allah.

Ses beyanes faisaient couler beaucoup de larmes de l’assistance. Le cheikh parlait du paradis, de l’enfer, de la tombe, et du jugement dernier comme si c’était devant lui. Il amenait ainsi son public à peser ses œuvres avant d’être peser. Il faisait aimer le bien au gens à travers son comportement, sa démarche et sa modestie. Toujours habillé en blanc comme si il voulait laisser un messager « rester blanc dans vos actes et paroles ».

Son entourage et ses élèves ont tous témoigné sur sa piété, son ascétisme, sa pudeur, son altruisme et surtout sa modération. Il était un guide éclairé, et il n’avait aucun gène à dire la vérité à quelqu’un. Il prodiguait toujours des conseils à celui qu’il rencontrait, autorisant le bien et interdisant le blâmable avec sagesse. Il avait l’habitude de citer les hadiths, suivant « celui qui ne fait pas miséricorde aux autre Allah ne lui fera pas miséricorde ».

L’Imam Abdoul Aziz SY était trop soucieux des problèmes des musulmans, de l’unité national et il disait « chacun de vous provient de Adam et Adam de la terre ».

Il était celui qui accordait tellement d’importance au lien de parenté. Son accident au Sénégal est une preuve de cela. Il propageait la connaissance de Dieu et mettait tous ses moyens sur le chemin de l’islam et de la bonne cause. Qu’Allah lui fasse miséricorde.

 

La mort de l’imam

La soirée du samedi 29 joumad I 1433, correspondant au 21 avril 2012, alors qu’il revenait d’une mission de prêche et de visite parental, l’Imam Abdoul Aziz SY, accompagné de son frère Zein Abidin Sy, sera victime d’un accident de voiture. Il sera hospitalisé à Dakar dans un hôpital pendant 10 jours.

Mais Allah avait déjà décrété avant la création des cieux et de la terre, la destiné de chaque être vivant. Où il vivra et ou et comment il mourra. Il avait aussi décrété comment reconnaitre les signes d’un homme, dont il a  agrée les œuvres accomplis. Il rappelait auprès de lui les hommes, qui aime.

Trois ans après la disparition de Cheikh ADoud Et du savant Bouddah Ould Bousseir, voila une autre lumière du savoir et de la religion, qui s’éteint, malgré qu’il soit encore jeune.  Le grand Imam de Tekane, nous quittera ce mercredi 10 Joumad II  année 1433, correspondants au 2 mai 2012 à l’Hôpital de Dakar.

Les autorités mauritaniennes prendront en charge son traitement ainsi que le transport de sa dépouille vers Nouakchott. Une foule innombrable de toute les composantes du pays, se ruera à l’aéroport de Nouakchott pour accueillera l’homme de Dieu.

C'est à la grande mosquée Tewba à Riyadh que la prière sra réalisée en présence des milliers de fidèles dont des membres de la  Dawa Tebligh. Ensuite sa dépouille sera transportée à Tékane, pour être enterrée à côté de celle de son père Cheikh El Ghadi Sy.

Parmi les personnalités qui ont assisté à la prière, Mohamed Lemine Ould Hacen, Imam de la mosquée Chourava, Mohamed Ould Sidi Yahya professeur, Ball Mohamed El Bêchir, Imam, Ahmed Ould Neini, ministre des affaires islamiques.

Il nous quitte laissant un grand vide dans le cœur des mauritaniens qui ont trouvé en lui l’érudit parfait qui réunit toutes les grandes valeurs d’un Imam digne de ce nom. INNaaLI ALLH Wa Ina Ileyhi Radjioune.

Qu’Allah accueille cet illustre disparu en son Saint Paradis et qu’Il inspire aux siens la persévérance et le courage permettant de surmonter cette épreuve.

 

Ses projets :

Le cheikh avait beaucoup de projet en matière d’enseignement et de daawa. Il mourut sans les avoirs tous réalisé. Il s’agit de :

  1. Construction du Mahadra Aboubecrine sidigh qui se trouve actuellement à Haye SAMIA Moughataa Elmina ;
  2. Projet de construction de Mahadra au carrefour capital Nouakchott ;
  3. Projet de Maahad islamique « maahad Aly ibn ebi talib pour la diffusion de l’islam et de l’arabe », qui a été approuvé d’une façon officiellement par le ministère de l’orientation islamique.
  4. Projet construction appuis mahadra à Tekane, son village natal a la mosquée Atik.

 

Sa famille :

L’Imam Abdoul Aziz s’est marié avec trois personnes. Il s’agit d’Aminata Sy, Haby Kane, fille de thierno Lamine Moustapha Kane, petit fils de Elimane Boubacar kane à Kaolack et Mamata Barry plus connue sous le surnom de « Nene Ghalé ». Avec ses trois épouses il eut 20 enfants dont 13 filles et 7 garçons repartis comme suit :

  • Avec Aminata Sy : 12 enfants dont 9 filles  et 3 garçons.
  • Avec Haby Kane : 07 enfant dont 3 filles et 4 garçons.
  • avec Mamata Barry : une fille du nom de Soukeyna.

 

La plus part de ses enfants récitent le coran. Il est remplacé aujourd’hui à la mosquée par son fils ainée Ahmed sy, qui assure les cinq prières ainsi que la direction du Mahadra.

Celons certaines révélations, le premier jour où son fils est monté sur le mumbar, pour faire la koutoub du Vendredi, beaucoup de la présence ont pleurs. Il se souvenait ainsi de l’homme habillé en blanc. C'est-à-dire le Cheikh Abdoul aziz Sy.

Une de ces filles du nom de Mariam a fini en 2012, ses études à l’université islamique ISERI. Elle a presenté son thème de mémoire sur son père.

Voila en quelques mots, la biographie de l’Imam Abdoul Aziz SY, qu’Allah accueille cet illustre disparu en son Saint Paradis et qu’Il inspire aux siens la persévérance et le courage permettant de surmonter cette épreuve.

Je remercie tous ceux qui de près ou de loin ont contribué à la réalisation de ce travail de recherche.

Oumar Amadou M’baye

Etudiant en CDT

Portable : 22 31 21 16

Email : vaarough@yahoo.fr